Aucune image   Guild Wars 2 Standard Edition
Téléchargement

Fiche détaillée

Faites de votre mieux


Par Angel McCoy, le 16/09/11


En émergeant de leurs villes souterraines, les asuras démontrent à plusieurs reprises le vieux proverbe « la difficulté n'est qu'un autre terme pour désigner l'opportunité ». Depuis leurs modestes débuts au sein des ruines de la Côte Ternie, les asuras ont obtenu une position prépondérante. Leurs portails magiques relient les villes importantes de Tyrie , et leur intelligence a fait d'eux un allié à respecter – ou un ennemi à craindre.

Dans les profondeurs, au milieu des fondations mêmes de la Tyrie, une bataille faisait rage.

Le choc secoua l'étroit passage, envoyant une pluie de terre et de cailloux sur le sol irrégulier. Comme un hurlement, le son strident remplit la galerie, secouant plus de poussière à chaque vibration et tremblement. Rabattant ses oreilles sur son cou, Dlixx s'élança à travers les décombres avec son etherisateur dicristallin à la main.

– Je sais que tu arrives, Dlixx ! cria une voix en face de lui, émergeant à peine du vacarme. Je suis ingénieur en échographie ! Tu pensais que je ne t'entendrais pas ? Ha !

Dlixx vit l'onde s'approcher avant qu'elle ne le percute – un mouvement ondoyant dans l'air qui indiquait une onde sonore intense. Il plongea derrière un rocher, mais l'attaque le frappa alors même qu'il bondissait pour se protéger. Dans une terrible cacophonie de hurlements et de gémissements, l'onde sonore le fit voltiger sur lui-même jusqu'à ce qu'il s'écrase contre la paroi de la caverne.

– Whumph ! grogna-t-il, mais le bruit de sa protestation fut étouffé par le vacarme.

– Tu vois ça ? cria à nouveau la voix. Rien ne peut résister à mon générateur sonique ! Quiconque le possède est immunisé, et les skritts ont les oreilles sensibles ! Tu m'entends ? SENSIBLES...

Dlixx s'élança dans le conduit, son etherisateur braqué en avant et prêt. A son extrémité, la sphère de cristal brillait d'une lueur rosâtre et étrange, et soudain une lumière fila vers le fond du couloir.

– … OREILLE... oh... oreilles... oomph...

La voix s'affaiblissait, et soudain le bruit sourd d'un corps inconscient heurtant le sol rocheux se fit entendre.

Saisissant l'occasion, Dlixx accrocha l'etherisateur à sa ceinture et fonça. Bondissant au-dessus des barrières de pierre, des décombres et des objets hors d'usage, il atterrit à côté d'une femme asura inconsciente, tremblotant encore un peu sous les effets du rayon de l'etherisateur. Sur son dos, au-dessus d'elle, se trouvait un générateur sonore à moitié trafiqué, modifié à partir de matériel draguerre.

– Si je n'avais pas eu de boules quies, ça m'aurait tué. Pas mal, Poizi.

Dlixx atteignit la bobine couplée et la retira du générateur sonore, désactivant le dispositif. Il s'arrêta pour souffler sur la bobine cuivrée et l'astiqua avec sa manche alors que la machine était sur le point de s'arrêter. Une fois que le bruit se fut estompé, il retira les boules quies de ses oreilles et sourit.

– Mais ça ne suffit pas.

Il cassa la bobine en deux et examina l'intérieur avec curiosité.

– Non...

Poizi se contrôla, sa voix hésitante avec les séquelles de l’etherisateur.

– Mon générateur sonique me sortira de là. Je ne veux pas mourir...

– Je ne suis pas en train de te prendre ton gadget.

Dlixx enfonça la bobine dans la poche de Poizi.

– Je suis venu pour avoir quelque chose d'autre.

Avec précaution, Dlixx atteignit sa chaussure gauche et lui enleva. Délicatement, il l'enfouit dans son sac-à-dos. S'arrêtant pour la fixer, il se pencha une deuxième fois et prit aussi la longue écharpe que Poizi portait autour du cou.

– Ça aussi, je pense... marmonna-t-il.

– Pourquoi ne pas me laisser seule ? gémit Poizi, ses yeux roulant dans leurs orbites dans un embarras à demi-conscient. Va-t’en !

Dlixx se leva resserrant son manteau autour de son corps.

– Tu fais partie de mon ékipe, Poizi, gronda-t-il. Tu t'attendais à ce que j'oublie ça ?

Dans un grognement dédaigneux, il se tourna, sortit son etherisateur dicristallin une fois de plus, et disparut dans les sombres couloirs de la terre.



Primordus



L'arrivée du Grand Destructeur, le héraut du Dragon Ancestral Primordus, a peut-être bouleversé la surface du monde, mais il a entraîné bien plus de dégâts dans les profondeurs. Bien qu'un groupe de héros vaillants ait vaincu le héraut et empêché le réveil du Dragon Ancestral, ses destructeurs étaient toujours là, et les dégâts qu'ils causèrent furent titanesques. Les nains, répondant à un ancien appel, exécutèrent le Rituel du Grand Nain et se transformèrent en pierre afin de combattre leur ennemi antique. Pourtant, ils ne furent pas les seuls à se battre contre les destructeurs dans les profondes cavernes souterraines.

Avant l'émergence des destructeurs, les asuras étaient la race prédominante dans les profondeurs de la Tyrie. Ils régnaient en maîtres et combattirent d'abord les skritts – des créatures que les asuras considéraient et (considèrent toujours) comme de la vermine hideuse et dangereuse. Les destructeurs furent le premier ennemi depuis des générations qui ne succomba pas facilement à l'intelligence et les prouesses magiques combinées des asuras. Leur Conseil des Arcanes assurait que ce n'était qu'une simple question de temps avant que les destructeurs ne soient annihilés par l'habileté et la sagacité asura. Ce fut leur fierté mal placée qui entraîna la ruine de leur civilisation souterraine qu'ils avaient mis des milliers d'années à construire, mais qui, en une poignée de secondes seulement, disparut dans le sillage du pouvoir du Dragon Ancestral.


Cependant, la défaite du Grand Destructeur n'a pas empêché le réveil du Dragon Ancestral, mais l’a seulement retardé. Environ cinquante ans après que son héraut soit vaincu, Primordus s'est réveillé – cette fois, pour de bon. Désormais, ses serviteurs se déploient à travers les Profondeurs, éliminant de nombreuses races souterraines dont les noms ne sont maintenant connus qu'à travers les contes et archives asuras. Les races qui ont survécu aux batailles incessantes ont été contraintes de quitter les villes souterraines où elles vivaient et de tout reconstruire plus près de la surface. A cette période, les réfugiés asuras s'étaient déjà installés à la surface, en se regroupant et en récréant leur culture dans ce nouveau monde, en construisant la ville de Rata Sum.

Le Conseil des Arcanes



Depuis des temps immémoriaux, les asuras ont été des bâtisseurs et des inventeurs, utilisant la magie comme les autres races usent d'outils. Bien que moins anciens que les nains, ils se sont montrés bien plus actifs, inventant, expérimentant et disséquant en permanence la magie elle-même. Selon les écrits de leurs plus grands archivistes, il existait au moins six villes aussi grandes que Rata Sum lorsque les asuras dominaient les territoires souterrains, même si aucune d'entre elles n'a survécu à l'avènement de l'âge moderne. Tandis que les autres races persistent à dire que les légendes à propos de capitales massives telles que Quora Sum sont exagérées et tirées par les cheveux, les asuras, laconiques, répliquent que les autres races sont simplement trop limitées pour appréhender la grandeur de ce qu'elles ont perdu.

Les asuras sont dirigés par le Conseil des Arcanes, un groupe d'experts qui se considère comme composé des esprits les plus brillants de la nation. Malheureusement, la réalité est que la plupart des asuras sont plus intéressés par des postes d’inventeurs plutôt que de bureaucrates et que ce sont trop souvent ceux qui se sont le moins précipités lorsqu’un poste disponible était annoncé qui forment le Conseil. Le Conseil actuel gouverne depuis Rata Sum et est dirigé par le Haut Conseiller Flax. Son cabinet comporte des inventeurs prestigieux, des diplomates reconnus et les doyens de chacun des trois collèges asuras.

Tous les asuras débutent comme apprentis dans le laboratoire de leurs parents, les aidant sur une variété de projets jusqu'à ce qu'ils soient capables de tenir debout (ou de s'appuyer sur un transmogriffeur cristallin). Quand ils atteignent l'âge où ils se disputent avec leurs parents plus qu'ils ne les aident (généralement assez tôt), ils deviennent l'apprenti d'un maître asura de l'une des trois universités. Ce maître devient responsable de l'éducation de son étudiant le temps que celui-ci obtienne son diplôme et rejoignent sa propre ékipe. Grâce à ce système traditionnel, l'adolescent asura obtient une éducation complète tandis que leurs directeurs de recherche y gagnent des internes non rémunérés (et pas toujours des plus compétents) pour leurs laboratoires. Même après la fin de leur contrat, les asuras gardent une forte loyauté envers leur université, proclamant souvent que les théories magiques de l'une sont la base des deux autres.

Les ékipes



Le système culturel des asuras est à la fois très organisé et extrêmement flexible. Leur société est composée de personnes s'unissant pour accomplir des tâches plus grandes. C'est leur système d'ékipe : un projet se forme, et le responsable réunit (ou recrute) les plus utiles ou aptes jusqu'à ce que le projet soit terminé. Une ékipe asura est généralement temporaire ; vivant aussi longtemps que le projet l'exige, puis elle se divise lorsque toutes les tâches qu'elle a à accomplir sont terminées. Ces ékipes restent souvent en contact, se formant et se reformant avec des personnes qu’elles respectent et qu’elles connaissent, tout en évitant ceux avec qui elles ne s'entendent pas ou ceux qu’elles trouvent incapables.

Parce que les asuras sont jugés sur leur réputation et leur ruse, ils choisissent souvent une spécialité au sein de leur formation universitaire. Un asura cherchera à se démarquer en étant le principal spécialiste sur ce sujet,, effectuant les tâches les plus importantes et les plus difficiles dans l'espoir d'acquérir une position avant-gardiste sur les ékipes.

La terre grondait et bougeait, se déplaçant, brassant des monceaux toujours grandissants de roche brisée. Derrière l’excavateur giratique, Nimm poussait et grognait, luttant pour l’enfoncer rapidement à travers le mur. Il était plus grand que lui. Il était en forme de pointe à l’avant et plat à l'arrière, telle la griffe stylisée d'une bête géante – ou comme cette dent massive adorée par ces idiots de norns dans les montagnes gelées. Nimm se renfrogna, poussant de toutes ses forces le dispositif conique de forage qui tournoyait et tremblait, effectuant son travail.

À chaque poussée, l’excavateur creusait en avançant et Nimm rampait derrière lui, sans se soucier si le passage en amont était à moitié obstrué par des gravats dans son sillage. Ce serait une défense contre ce qui pourrait se faufiler derrière lui. Une idée de génie ! Tant pis pour les autres, ces idiots emportés dans les rouages maudits de cette ékipe. Il devait se sortir de là !

Un tremblement se répercuta dans le sol, secouant Nimm si violemment qu'il inclina sa trajectoire de trois degrés vers le sud. Il jura et mit rapidement hors tension l’excavateur afin de l’éxaminer. Avait-il surchargé les joints de soudure ? Noyé l’arcanolog ? Rien. Peut-être que le problème venait du stabilisateur talismantique...

Une autre secousse. Celle-ci n'était définitivement pas due à sa machine. Nimm releva ses lunettes sur son front, écoutant attentivement, ses yeux noirs plissés au milieu de la seule zone de peau propre de son visage.

– C’est le stupide générateur sonique de Poizi, devina-t-il. Idiote. Elle va attirer l'attention ! Mieux vaut se faufiler et ne pas se faire remarquer...

L’excavateur démarra à nouveau, Nimm replaça son épaule dans le harnais et poussa de toutes ses forces. Avec un grand effort, il conduisit la perceuse tournoyante à travers la couche suivante de roche. Comme la pierre se fissurait et tombait en morceaux, Nimm exulta et son cri se transforma en un hurlement lorsque la pierre, l’excavateur et tout le reste basculèrent soudainement vers l'avant inexorablement.

– Non ! hurla-t-il, en saisissant les poignées à l'arrière de la machine. Une caverne ! Mes calculs doivent avoir été faussés – je devrais encore être dans la pierre pyromorphiiiiiiiique !

Le crépitement s'amplifiait et se propageait au-delà de l'ouverture alors que le sol s’effritait sous lui, menaçant de s'effondrer complètement. Forcé de relâcher les poignées pour sauver sa propre vie, Nimm recula et grimpa — mais se trouva rapidement piégé par les décombres qu'il avait laissé dans son sillage. D’épaisses fissures fendirent le sol, et Nimm vit son destin s’étaler devant lui — un nuage de milliers de skritts, et tous les yeux des petits monstres fixaient le tout nouveau trou dans les murs de leur ville. Partout dans la grande caverne, Nimm pouvait voir le scintillement de la lumière du jour. Un moyen de sortir !

Mais il n'y arriverait jamais — même s’il ne faisait pas une chute fatale, il y avait aisément un millier de rongeurs sur son chemin.

La pierre craqua et gémit, alors que les derniers éclats de roche le retenant s’effondraient. Une corde — non, une écharpe ! — pendait dans les airs près de lui.

– Poizi ! haleta Nimm, atteignant l’écharpe avec joie. Il s'accrocha désespérément au mince fil d'espoir alors que l’excavateur basculait vers le bas pour se fracasser sur le sol de la ville-grotte skritt.

– Poizi !

Nimm escalada l’écharpe jusqu'à une corniche plus haut sur le mur. Rampant sur le bord, il fit face aux asuras avec plaisir.

– Tu m'as sauvé ! Je savais qu’être dans la même ékipe signifiait encore quelque chose pour toi, Poizi …

Nimm s’étrangla et s’immobilisa.

– Toi !

Dlixx sourit, braquant l’etherisateur dicristallin.

– Si je tire sur toi avec ceci, tu dégringoleras jusqu'à nos petits amis vicieux. Tu sais comme ils sont intelligents quand ils sont tous groupés comme ça — et je parie qu’il n'y en a jamais eu autant ensemble qu’actuellement à Skrittsburgh,.

Lentement, Nimm leva ses mains dans un geste de soumission.

– Maître Boikk ne savait pas ce qu'il faisait, en venant jusqu’ici. Nous n'avons pas à finir comme lui !

– Je crains que si. Maintenant, donne-moi ta chaussure, et je passerai mon chemin.

Ravalant sa salive, Nimm secoua la tête.

– Je ne vais pas t’aider. Quoi que tu fasses, tu ne t’en sortiras pas, Dlixx. L'un de nous va se rendre à la surface.

– L'un de nous l'a déjà fait.

Sur ces mots, Dlixx appuya sur la gâchette, et la sphère de cristal s’éclaira. Le corps de Nimm se raidit, s’arquant — mais au dernier moment, Dlixx attrapa l'asura par la ceinture et le tira loin du précipice. Au-dessous, un millier d'yeux brillants lancèrent vicieusement des éclairs dans les ténèbres, et mille murmures sifflants résonnèrent contre la pierre.

Se penchant en toute tranquillité sur le corps inconscient de Nimm contre le mur de la caverne, Dlixx retira la chaussure gauche de Nimm et la fourra dans sa besace avec celle qu'il avait prise à Poizi.

– Il ne reste plus qu'un seul membre de l'ékipe, murmura-t-il, vérifiant la lumière pisteuse sur son brassard. Pas de temps à perdre.



L’université de la Statique



Les asuras qui rejoignent l’université de la Statique sont des bâtisseurs qui construisent pour que ça dure et qui se spécialisent dans les structures permanentes et les projets à grande échelle. Ces asuras ont tendance à être beaucoup plus conservateurs et prudents de nature. Selon eux, il faut « mesurer deux fois, tailler une fois, puis mesurer encore ». Ils ont tendance à beaucoup réfléchir et à analyser, et apprécient autant la recherche que la pratique. Parmi les éminents diplômés de l’université, on trouve des inventeurs des pierres à lévitation magico-magnétique, que les asuras utilisent comme sources d’énergie pour alimenter leurs grandes structures. Ils considèrent leur université comme une chose concrète, une composition vivante en pierre et comme une structure à laquelle les travaux des anciens et des étudiants ne cessent d'ajouter ou de retirer quelque chose. Ces asuras fabriquent les golems bâtisseurs, les foreuses, et toute autre chose qui se déplace avec solidité. Ils sont au centre de l’Alchimie Éternelle, les solides fondations des piliers, les supports et essieux sur lesquelles les rouages peuvent tourner.

Créations de l’université de la Statique : les relais positionnels, les aligneurs quasi-enchantés, les téléscopes théosophiques, les incantations de métaexpertise, les supports d’incantation transversale, les contreforts de lévitation.

L’université de la Dynamique



Les asuras de l’université de la Dynamique sont plus connus comme des concepteurs de gadgets. Maîtres dans la résolution rapide et innovante des problèmes, ils ont tendance à produire des objets dont la durée de vie n’est pas plus longue que le temps nécessaire pour passer au stade suivant. Ils sont énergiques, enthousiastes et impulsifs, avec une tendance à débuter des projets avant d’en rechercher les possibles conséquences. Ils aiment comprendre comment les autres races fonctionnent afin de... s’approprier… et améliorer cette théorie magique pour leurs propres intérêts.

Leurs conseillers disent souvent qu‘une expérience est juste un échec si on n’en apprend rien. Lorsqu’un membre de l’université parle de son étude, il en parle généralement comme d’une œuvre, comme d’un ensemble d’expériences et de pensées qui permet de se représenter les prouesses de l’université – la totalité des innovations qu’elle a apportée au monde. Dans l’Alchimie Eternelle, ils sont le plus souvent désignés comme les rouages et les ressorts principaux de l’univers.

Créations de l’université de la Dynamique : les améliorateurs canoptiques, les attaches lunographiques, les bobines couplées, les énigmaticons, les manomètres karmiques, les barattes à sortilèges cinétiques, les armatures magiphysiques.

L’université de la Synergétique



Au sein de l’université de la Synergétique, tous les asuras se focalisent sur la manipulation de l’énergie et sur la formation des connections. Vous pouvez y trouver les penseurs les plus mystiques, ceux qui étudient la matière brute de la magie elle-même et qui méprisent la solidité du monde fonctionnel. Ils sont souvent les plus enclins à la philosophie et ils ont l’habitude de traiter de la théorie politique et sociale. Ces asuras sont intéressés par la manière dont les modèles se forment, dont les erreurs se propagent et dont le chaos forme des systèmes rationnels. Malheureusement, cette étude consacrée à la psychologie les conduit à être plus secrets – même entre eux – puisqu’ils croient savoir comment fonctionnent les esprits des autres... ces esprits qui veulent leur peau ! Même les plus grands des anciens élèves de cette université peuvent avoir tendance à être un peu aveugles, concevant des plans éthérés et construisant des raisonnements psychologiques, sans réellement s’aventurer à l’extérieur de leur laboratoire pour effectuer des tests concrets. Quand un membre de l’université parle du lieu où il a étudié, il parle typiquement des structures sociales qu’ils ont créées grâce à leur système de tutelle, à leurs relations, et à l’ensemble des asuras qui se considèrent comme une « association » d’esprits similaires.

Créations de l’université de la Synergétique : les quantagrammes, les matrices de sort dipolaires, les vortex de conjuration, les afficheurs prestimystiques, les barres de contrôle mojoniques, les boucles d’enchantement auto-limitantes.

Tick…tick…tick…

Volla s’agenouilla près de la distillerie sphérique hydrocadabrique, repoussant ses longues tresses alors qu’elle réglait les cadrans et réinitialisait les transverseurs d’aura. Elle fredonnait pour elle-même, son corps se balançant d’avant en arrière tandis qu’elle vérifiait et revérifiait chaque élément avec la télécommande dans sa main pour s’assurer que tout était correct.

Dlixx serra fermement sa main sur le manche de son éthoritateur dicrystallin. La bombe était terminée, armée, et elle avait utilisé plus de pyretiques cristallins que nécessaire pour niveler la surface – mais il avait de la chance.

Elle avait laissé ses bottes sur la table, près de la porte.

– Dix, dix… non, non. Ça va jusqu’à onze ! Voilà, nous y sommes, souria-t-elle, montrant une longue rangée de dents, tranchantes comme un rasoir.

– Très bien, Volla, cria Dlixx, depuis l’ouverture dissimulée dans le sol de la caverne souterraine, gardant une voix mielleuse et excessivement cordiale.

– Lève-toi lentement. Recule, vers moi, et garde les mains en l’air.

Elle se retourna – bien plus rapidement que ce qu’il estimait être sans danger, et Dlixx grimaça. Cette distellerie était explosive, par l’Alchimie !

– Dlixx ! couina-t-elle d’un air ravi, fourrant la télécommande dans sa veste. Je pensais que tu étais mort comme le vieux…hum…tartempion.

– Maître Boikk, répondit-il d’un air grave. Non, il va bien. Il a utilisé un transporteur personnel au moment où nous sommes tombés sur la ville skritt.

– Un transporteur personnel ? songea Volla, se balançant d’avant en arrière sur la pointe des pieds.

Ses tresses oscillaient doucement autour de ses oreilles bien faites.

– C’est une invention de Snaff, pas vrai ? Hmph. Boikk volait beaucoup les idées. Elle leva une main et caressa ses oreilles avec légèreté, laissant le bout de ses doigts appuyer sur son large front de manière délicieuse...

– Tu regardes une beauté, Dlixx ! se dit-il à lui-même d’un ton hargneux, tentant de dissimuler qu’il la regardait fixement.

Trop tard. Volla lui fit un clin d’oeil.

– Avance, Dlixx. Tu sais que c’est chacun pour soi ici, en bas.

Elle fit un pas gracieux vers lui, et il put sentir le parfum enivrant d’huile et d’ozone particulaire.

– Je pourrais t’emmener avec moi si tu le souhaites. Nous sommes dans la même ékipe après tout.

Se secouant pour se ressaisir, il leva de nouveau son ethoritateur dans un geste vif.

– Nous l’étions. Mais si je te laisse activer cette distillerie, nous serons dans la même ékipe morte.

– Viens. Grimpe avec moi. J’ai préparé une cage de protection.

Elle fit un autre pas vers lui, ses yeux brillants de milliers d’équations mathématiques complexes.

– Un champ de force nous entourera, la distillerie explosera et nous serons propulsés vers la surface sans même un accroc à ta grande…

Un autre pas.

– ...boîte à outils…

Un autre pas, et maintenant ses lèvres se trouvaient à quelques centimètres de lui.

– …cosmonetique.

D’un mouvement vif, Volla lui arracha l’ethoritateur des mains et recula.

– Idiot ! dit-elle victorieusement. J’ai gagné !

– Il n’y a qu’une place dans ta cage de protection, n’est-ce pas Volla ? demanda Dlixx tristement alors qu’elle reculait pointant l’arme sur son visage. Tu n’as jamais pensé prendre quiconque avec toi. Quand tu activeras cette distillerie, elle obstruera les cavernes, si les skritts ne nous tuent pas, la bombe le fera !

– Comme si cela m’importait ! lança-t-elle. Je suis le génie ici. Moi, pas toi ou ces autres simplets. Quand je serai de retour à Rata-Sum, je raconterai comment toi et les autres êtes morts bravement quand nous avons découvert l’infestation massive et je m’assurerai auprès de Maître Boikk qu’il m’en laisse le crédit ou je révélerais que ce cerveau-décrépit n’a pas réalisé à temps que les rats étaient déjà là !

Tenant toujours son ethoritateur, elle sourit puis bondit sur la plateforme comme si elle se tenait sur le toit du monde.

– Maintenant, tout ce que j’ai à faire c’est d’appuyer sur la télécommande…

Volla fouilla sa veste.

– Cette télécommande ? fit Dlixx en la montrant.

– Toi !

Elle pointa l’ethoritateur et tira. Une enivrante vapeur aux arômes de lavande s’en échappa, parfumant la pièce.

– Rends-moi ça ! Je ne peux déclencher la distillerie sans, gémit-elle.

Alors que la douce odeur emplissait la pièce Dlixx cria : « Tu ne feras jamais la différence entre un ethoritateur dicristallin et un etherizateur dicristallin, Volla ! »

Profitant de la brume et de la distance les séparant Dlixx s’empara d’une des bottes de Volla posée sur la table et bondit par l’ouverture, s’enfuyant dans les cavernes en dessous.



L’Enqueste



Organisation relativement récente et bien qu'elle ne soit pas réellement considérée comme une université, l'Enqueste est la plus grande ékipe de la culture asura.

Là où la formation traditionnelle asura débute par un apprentissage dans une des trois universités, l'Enqueste débute par un système de formation structuré plutôt comme une série de tests progressifs d'aptitude. Quand un asura réussit un premier test, il accède au suivant, et sa place parmi l'Enqueste est améliorée en conséquence. Bien sûr ceci amène à de nombreuses fraudes, à la fois pour et contre les aspirants.

Un asura n'est jamais diplômé de l'Enqueste , comme c'est le cas dans les autres universités. Une fois que vous rejoignez la mega-ékipe, vous en êtes un membre pour la vie… même si les autres membres de l'Enqueste s'assurent à ce que cette vie soit forcément courte. On attend d'un aspirant à qui est confié une tâche d'ékipe qu'il travaille individuellement sur sa tâche sans chercher à comprendre le but de cette tâche dans le schéma plus large. Il sacrifie ses propres désirs pour le plus grand bien de l'ensemble du savoir de l'Enqueste, que cela lui convienne ou non.

L'Enqueste combine les forces des diverses disciplines universitaires, mais elle emploie uniquement ce dont elle a besoin, abandonnant une compréhension plus profonde de ces théories en faveur d'un retour rapide et rentable. Elle est davantage encline à sacrifier ses jeunes inventeurs, les tuant à la tâche, plutôt que de perdre du temps avec des temps de repos improductifs.

À la différence des trois universités asuras, qui apprécient partager de nouvelles découvertes (rien que pour crier victoire à la tête de l'autre), l'Enqueste ne partage pas ses informations en dehors de l'Enqueste elle-même. En effet, elle va même de temps en temps saboter les recherches prometteuses des ékipes des universités qui empiètent sur ce que l'Enqueste estime comme sa propriété industrielle.

Là où les universités voient la puissance comme un outil utile vers la compréhension de l'Alchimie Eternelle, l'Enqueste voit la puissance comme une fin en soi. Les fondateurs de l'Enqueste ont recensé l'ensemble des connaissances perdues quand Quora Sum a été détruite par les destructeurs, et ils ont estimé que ce signal justifiait l'anathème de leur objectif. Leur intention est de collecter des informations sous leur forme pure et cristalline, et ils ne s'arrêteront pas à moins d'atteindre la somme de toute la connaissance. En effet, l'objectif ultime des recherches de l'Enqueste est d'arriver au contrôle de l'Alchimie Eternelle, et avec elle, de toute la Tyrie.


Dlixx s'accroupit à la base du golem, insérant lentement chaque chaussure dans sa baie d'analyse canoptique non-abstraite. Quatre chaussures en tout, une de chaque membre de son ékipe suivies de la sienne, glissées dans le gosier du puissant défenseur taillé grossièrement dans la pierre.

– Traite-ment-en-cours, gazouilla le golem de sa voix crue et stridente, sortie de l'épicentre en cristal brillant.Traite-ment-en-cours..

– Com-pris. Cibles ver-rouil-lées.

Dlixx se releva et tapota le golem avec un large sourire, grimaçant légèrement alors que sa tape affectueuse faisait tomber une plaque de pierre. Il la refixa rapidement .

– Avance, BeMM. Il est temps de montrer ce que tu sais faire, dit Dlixx, le golem faisant alors un pas en avant, son armement massif embrasant l'obscurité du souterrain.

Lorsqu'ils surgissent dans la caverne principale skritt, c'était déjà la mêlée générale. Les cristaux du golem de guerre clignotaient et scintillaient, les éclairs volant dans toutes les directions. C'était une explosion destructive et enragée, incontrôlée et absolument dispensée d’une quelconque tentative idiote de techniques comme prendre le temps de viser ou de conserver de l'énergie.

Sur le rebord supérieur, Poizi et Nimm criaient. Les éclairs volaient vers eux, les frappant durement, mais où un skritt aurait été renversé, se tortillant et cuisant sous la vapeur, les deux asuras ne subissaient aucun dommage.

– Que se passe-t-il ? hurlait Nimm, repliant ses mains autour de ses lunettes. Comment fait-il cela ?

Poizi indiqua l'entrée où Dlixx et BeMM se tenaient. Les bras du golem de guerre tournaient d'une manière extravagante balançant des rayons sur la masse de skritt.

– Je m'en fiche ! Contente-toi de courir !

Utilisant son écharpe pour glisser vers le bas dans l'énorme caverne, Poizi et Nimm fuyaient devant les rongeurs terrifiés et crispés. A un moment, Dlixx les vit escalader le mur lointain vers l'ouverture donnant sur la lumière du soleil au-dessus.

– Voilà pourquoi tu avais besoin de nos chaussures, murmura Volla derrière lui.

Sa voix lui donna des frissons tout le long de l'échine, encore plus que les hurlements et les cris perçants des hommes rongeurs.

– Elles sont imbibées de notre sueur. Tu as employé cette substance – qui nous appartient – pour que les rayons du golem s'adaptent et ne nous blessent pas. Inspiré.

Dlixx lui lança un regard, mais ne lui répondit pas, une grimace complice courbant ses lèvres.

– Tu aurais pu sortir n'importe quand, a-t-elle ajouté, faisant un pas de plus pendant que les rayons rosâtres volaient tout autour d'elle. Pourquoi ? Pourquoi nous aider ? Puisque nous étions tous dans l'ékipe de Maître Boikk ?

– Vous vous devez d’être dans une ékipe jusqu’à ce que le travail soit réalisé. Le travail était de descendre ici, mesurer la résonnance des sorts, et de resortir. Nous n'étions pas ressortis, dit Dlixx en haussant les épaules. L'ékipe est l'ékipe.

– Était-ce là ta seule raison ?

– Ça…, il approuva, et le fait que dorénavant chacun d’entre nous sera obligé de louer l’asura qui nous a sauvé la vie.

Il gonfla la poitrine, tournant son etherisateur dicristallin autour d’un doigt d’un geste précis.

– Dlixx, inventeur du meilleur Golem de Guerre Tapette à Rat, diplômé de l’Université de la Dynamique, fléau des skritts.

– Moi –




Cet article a été vu 2439 fois

© 2008 ArenaNet, Inc. Tous droits réservés. NCsoft, le logo NC, ArenaNet, Guild Wars,
Guild Wars Factions, Factions et tous les logos et croquis associés à NCsoft et ArenaNet
sont des marques commerciales ou déposées de NCsoft Corporation.
Copyright © NCsoft Corporation. Toutes les autres marques commerciales ou déposées sont
la propriété de leurs détenteurs respectifs.

Design: Flymag, Template: Cypher, Code: JB
© 2007-2009 - Univers Virtuels